Qu’est-ce qui a incité cette idée?

Le CAFOR est né de l’idée que les systèmes d’éducation pour le développement fonctionnent le mieux dans des contextes de partenariats bien développés et de confiance entre les multiples acteurs impliqués. En plus du partenariat important en classe entre l’enseignant et les apprenants, le CAFOR reconnaît que les systèmes éducatifs sont basés sur des partenariats et la confiance entre les autorités scolaires. En outre, les enseignants, la communauté et le ministère de l’éducation, ainsi qu’entre les départements de l’éducation et leurs partenaires de financement, principalement leurs ministères des finances, mais aussi des partenaires de financement externes; et entre les praticiens et les professionnels plus en amont tels que les chercheurs.

La CAFOR réfléchira à de nombreux problèmes au fur et à mesure de son évolution. Ceux-ci comprennent une meilleure recherche, le partage d’informations, la mobilisation des partisans, l’information du public, le plaidoyer sur toutes les questions relatives au développement économique et social du continent africain, la collecte de fonds, la coordination avec des forces plus fortes et le leadership. Ces actions impliquent une multitude d’acteurs et de participants: jeunes étudiants africains, enseignants, parents, membres de la communauté, contribuables, professionnels de l’éducation, décideurs, administrateurs mettant en œuvre des programmes, employeurs et marché du travail, législateurs votant budgets et lois et les médias qui fournissent (et transmettent) des informations. Ce sont tous des maillons essentiels de la chaîne qui assurent la cohésion du système éducatif et lui permettent d’aller de l’avant. Et c’est là que la communication convaincante prend tout son sens: elle est nécessaire pour que tous ces acteurs et participants soient impliqués, informés et concernés, créant ainsi l’appropriation, la compréhension et les résultats. Les systèmes éducatifs fonctionnent bien quand il y a une bonne dose de capital social entre tous ces acteurs; et lorsque l’exigence pour cela est un flux multidirectionnel d’informations fiables.

 

SHARE