Message du Directeur Exécutif de la CAFOR, Lawalley Cole, pour février 2019

L’Afrique célèbre pour la quatrième fois la Journée africaine de l’alimentation scolaire le 1er mars 2019.  Cette année, le Gouvernement de la Côte d’Ivoire organise un grand événement à Abidjan et  les célébrations similaires se poursuivent dans les autres États membres de l’Union africaine. Les festivités de cette année à Abidjan marqueront également le lancement du Secrétariat pour l’alimentation scolaire et ses activités. La Commission de l’Union africaine pour sa part lancera le Secrétariat en collaboration avec le Gouvernement ivoirien et d’autres partenaires. Les célébrations d ’Abidjan devraient être honorées  de la présence de Son Excellence Mr. Alassane Ouattara  Président de la République. L’évènement d’Abidjan va mettre l’accent sur l’importance d’investir dans des programmes d’alimentation scolaire susceptibles de générer des retombées économiques pour un développement durable et à long terme, notamment en ce qui concerne l’agriculture, la nutrition, l’éducation et la résilience des communautés.

Nous rappelons  par ailleurs que c’est lors du 26ème Sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement africains tenu en janvier 2016 (Assembly / AU / Dec. 589 (XXVI) à Addis-Abeba, en Éthiopie, qu’une décision en faveur de l’alimentation scolaire a été adoptée, introduisant le 1er Mars comme journée de l’alimentation scolaire en Afrique. Aussi dans le cadre de son Agenda 2063, l’Union africaine a également élaboré et adopté la Stratégie continentale pour l’éducation en Afrique (CESA 16-25) et le Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (CAADP) afin de soutenir les écoles. Les programmes d’alimentation en tant que priorité continentale commune font partie d’une approche multisectorielle en développement, dirigée par le Département des ressources humaines, des sciences et de la technologie de l’UA, ainsi que par le Département de l’économie rurale et de l’agriculture de l’UA. Les États et les principales parties prenantes sont également des partenaires dans cette célébration de la Journée de l’alimentation scolaire en Afrique, notamment le Programme alimentaire mondial, le Centre d’excellence au Brésil, l’Institut international pour le renforcement des capacités en Afrique de l’UNESO-IICBA), ainsi que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

La Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine /AU/Dec.707(XXXI) avait déclaré que le thème de l’année 2019 était «Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées dans leur propre pays: vers des solutions durables au déplacement forcé en Afrique». À cet égard, lors de la Journée africaine de l’alimentation scolaire en 2019, il a était estimé qu’en Afrique des millions de civils sont quotidiennement victimes du conflit armé. Les habitants des villes, villages et autres régions isolées du continent ont du mal à trouver de la nourriture, de l’eau et un abri sûr, tandis que, les combats chassent des millions de personnes de chez elles. Les enfants sont recrutés et déployés pour se battre et leurs écoles sont détruites.

Par conséquent, afin de contribuer à cette discussion thématique de l’UA, la quatrième Journée africaine de l’alimentation scolaire introduira l’Alimentation de l’Ecole Cultivée à Domicile comme solution durable permettant de progresser dans la réalisation des objectifs de développement durable et de la stratégie d’éducation continentale pour l’Afrique et de renforcer la résilience. En outre, conformément au thème de l’année, le thème de la quatrième Journée africaine de l’alimentation scolaire : INVESTIR DANS L’ALIMENTATION SCOLAIRE CONÇUE POUR RÉALISER FAIM ZERO, SOUTENIR UNE ÉDUCATION INCLUSIVE ET AMÉLIORER LA RÉSILIENCE EN AFRIQUE.

Depuis l’approbation de la Déclaration, l’Union africaine a déjà célébré trois Journées africaines de l’alimentation scolaire au Niger, au Congo-Brazzaville et au Zimbabwe et a validé une étude continentale avec des recommandations pour améliorer l’alimentation scolaire en Afrique. (https://au.int/sites/default/files/documents/34964-doc-sustainable_school_feeding_1.pdf)  L’Union africaine a depuis lors créé un groupe d’alimentation scolaire dans le cadre du plan de la Stratégie continentale d’éducation pour l’Afrique. Les instruments du cluster alimentation scolaire ont été approuvés en 2018 et le cluster est maintenant prêt à mettre en œuvre sa feuille de route pour les trois prochaines années.

Les programmes d’alimentation scolaire ont été un outil essentiel pour concrétiser les efforts nécessaires pour que chaque fille et chaque garçon aillent à l’école en réduisant les disparités liées à la pauvreté, comme le demandent l’Agenda 2063, et CESA 16-25. Les programmes d’alimentation scolaire ont un impact significatif sur l’accès à l’école, la rétention et la fréquentation scolaire et sur la réduction des taux d’abandon scolaire chez les enfants d’âge scolaire. Les repas à l’école fournis directement aux enfants affamés réduisent la faim à court terme et peuvent servir de véhicule pour répondre à leurs besoins nutritionnels. De plus, cela améliore également l’apprentissage des élèves, leurs fonctions cognitives, leur comportement en classe, leurs performances scolaires et leur capacité de concentration. Les programmes d’alimentation scolaire contribuent également au bien-être psychologique des enfants en s’attaquant aux facteurs qui peuvent causer la dépression chez l’enfant, la faim et l’abandon de l’école.

En outre, les programmes d’alimentation scolaire améliorent la sécurité alimentaire des ménages des familles marginalisées et exposées à l’insécurité alimentaire en augmentant le nombre de paniers de vivres des familles ciblées dans les zones à déficit vivrier. Il fournit un moyen essentiel de transférer des revenus aux familles bénéficiaires et un filet de sécurité sociale pour les ménages pauvres. Ces programmes peuvent potentiellement profiter à des communautés entières en stimulant les marchés locaux, en permettant aux ménages d’investir dans des actifs productifs et en influant sur l’économie en général en facilitant la transformation de l’agriculture grâce aux liens établis avec les petits exploitants.

Enfin, on pense que les investissements dans le capital humain en général et dans l’alimentation scolaire en particulier ancrent les deux principaux objectifs de développement mondiaux – ODD 2 et ODD 4 – en améliorant l’état de l’éducation, de la santé et de la nutrition des enfants scolarisés. Il contribue également de manière significative à catalyser le processus de récolte du dividende démographique des jeunes, accélérant ainsi une croissance économique sans précédent sur le continent.

La CAFOR souhaite de joyeuses fêtes à tous les Africains et nous leur souhaitons la meilleure des chances!

SHARE